Monday, 30 June 2008

Quantum of Solace trailer

It has been released today, the teaser trailer of Quantum of Solace:

I think it's going to be good. I can't wait.

Little tiger in Cambridge

My wife and I spent this weekend in Cambridge to see the brother-in-law and family (his wife and our niece), and I made myself a new feline friend: their house cat. I knew him from before, but he got really friendly this time. Not only with me though: Frankie (that's his name) is almost as affectionate as a dog (it's because he is a Burmese cat, said my brother-in-law). Anyway, he is such a beautiful cat, he moves like a tiger and his fur is almost the colour of a tiger. I once made the comparison to my niece (who wasn't my niece then), and she said "He is a little tiger really". Smart child. She is right too: Frankie is a hunter and often brings dead birds he caught. He is friendly with kittens but does not accept any competition in the house. he scared one of his little friends like this on Sunday morning: he was playing gently outside with him, but the kitten (a black furry cat) got in the house and tried to be friendly with us. Frankie made him go away and chased him down by the cars, keeping the kitten at a distance. Then he rubbed against my wife and I, as if he was saying "those humans are my property". I love cats.

Anyway, we had a nice time with the family anyway. It was a weekend of eating excesses: lasagna for dinner (the best lasagna I ever had, bare none, I will try it here and give the recipe on this very blog), gulped down with delicious red wine, salad to have something green and healthy with it (and lots of vinaigrette to make it not so healthy), apple and lemon pies for dessert, then next morning breakfast with croissants (I had three, including two chocolatines, because I love being excessive during weekends, especially when we are away). I love croissants, and I suspect somebody tipped them about my breakfast preferences. Then we went to town and we book hunt for most of the morning. I got a new Calvin & Hobbes (will write more about it) and my wife got the usual cookey books (she will not use them much I suspect, but we bought them in a second-hand bookstore so they were cheap). Cambridge has a great Borders with lots of choice, I was like a kid in a candy store. So was the niece, but she was more interested about the teddy bears. I tried to get her interested about Calvin and Hobbes, to no avail. (I am always on the lookout for future gifts, it makes my life easier on birthdays). Anyway, who needs teddy bears (and she has plenty) when she has a beautiful cat? Especially a cat as cuddly as he is.

Well, all this to say that we had a lovely weekend in Cambridge. And that cats are sometimes little tigers.

Sunday, 29 June 2008

Citation du soir

Je suis de retour de Cambridge, je vais essayer d'écrire plus sur notre séjour ce soir ou demain (en anglais et en français). En attendant je cite Félix Leclerc, je voulais mettre cette citation sur le blogue depuis un bout de temps et pourquoi pas aujourd'hui. C'est tiré de Rêves à vendre:

"Ecrire est un métier pénible, avec ou sans génie. Avec c'est encombrant. Sans, c'est frustrant."

Friday, 27 June 2008

Poutine and identity

I don't know why I am writing this entry in English. Maybe because it sort of follows up this entry. Anyway, it seems that I am not the only Quebec expat who misses poutine. Ironic, since I talked about it recently. Anyway, Miss Paquin like me is dreaming of home (she will see it, lucky her) and, more importantly, associates this with poutine! Just like I have written recently: food is an important part of our identity. What makes poutine so important for Quebeckers like me? It's a recently recent addition to our gastronomy, it was non -existant before the 50s and I don't remember eating it until I was a preteen (and probably thank God for that). However, it fits our tradition of heavy food, generous in potatoes and gravy. The Brits and Americans have their share of disgusting yet delicious junkfood, but this one we can call our own. It has cheese curds, something we rarely see outside Québec nowadays and well the mix cheese-chips-gravy really makes it stand out. It is a waistline's nightmare, then again it's delicious, it works wonders if one's recovering from hangover or wants to avoid one in the morning. It's Quebecker all right.

Allons tous à Jérusalem...

...qui connaît la suite? Lors de mon dernier billet, je disais que la chanson Allons tous à Jérusalem était introuvable. Faux. On peut la trouver ici, sur un site qui date un peu, mais l'essentiel est qu'on peut trouver la chanson introuvable.

Télé nostalgie: La fin du monde est à 7 heures

On retrouve sur youtube des extraits de La fin du monde est à 7 heures, l'émission d'humour qui sévissait pour le plus grand plaisir des Québécois de ma génération de 1997 à 2000 (je crois). Pourquoi les meilleures choses dans la vie sont-elles si courtes? Enfin bref, les extraits sur youtube sont souvent dans un état épouvantable, mais il y en a quelques uns qui sont pas mal. Je ne retrouve malheureusement pas la chanson Allons tous à Jérusalem, chef d'oeuvre de sous-entendus, mais j'ai retrouvé l'inimitable imitation que Bruno Blanchet fait de Lynda Lemay, chanteuse que je n'arrive pas à blairer. Suis-je le seul à penser que Bruno Blanchet n'a jamais été aussi drôle qu'en équipe avec Marc Labrèche? Enfin, un classique de méchanceté à apprécier:

Thursday, 26 June 2008

Another day in Windsor

I spent another day in Windsor. It's lovely to be there, not so difficult to get there, but it's a Hell of a journey back. My legs are killing me and I'm exhausted. I'll try to write a long blog entry another day. I'll just give my impressions of Windsor to posterity. It's lovely, as you know, there is a huge gigantic castle that dates back to William the Conqueror. For a medievalist like me, it's happytown. It has lots of nice restaurants (including a burger place I want to visit), at least one Wetherspoon that does not look too bland, and this is a boost for me as it means I can have access to real ales at a decent price. There is a Waterstone, but sadly it does not have as much choice as many other Waterstones I have been to. I even think the one in Maidenhead is better furnished. There is one real downside to Windsor: it's so full of tourists. Yes, you know that already, I just can't stand them. I never felt like Liverpool was invaded, and it probably was, but Windsor is so small you can't miss them.

La carte beauceronne de Maxime Bernier

Maxime Bernier a donné sa version des faits quant à sa relation avec Julie Couillard. Un commentaire de Richard Martineau ici. Une fois n'est pas coutume, mais je suis assez d'accord avec Martineau: l'ex-ministre aurait semblé plus sincère si, au lieu de s'enfermer dans son mutisme, il avait fait preuve de transparence et avait parlé plus tôt. Maxime Bernier a ressorti, de même que son entourage et ses électeurs, la carte beauceronne. Je ne suis pas le seul à le remarquer, Patrick Lagacé a écrit un billet là-dessus. Et la cart beauceronne, elle commence à me purger sérieusement. Chaque village a son idiot, mais d'habitude il ne devient pas député, encore moins ministre!

Wednesday, 25 June 2008

Cracker with Robbie Coltrane

Another litttle treasure I found on youtube, the introduction scene of the very first episode of Cracker. It was great police drama, written by Jimmy McGovern. It made me discover Christopher Eccleston and rediscover Robbie Coltrane (I knew him from his small roles in Goldeneye and Henry V). The main character, Dr. Edmond "Fitz" Fitzgerald, was a psychologist assisting the police to solve crime, while trying to save his marriage, on the verge of destruction because of his alcoholism, compulsive gambling and overall unpleasantness. It was great stuff, crime drama set in the North of England (in glorious Manchester), it had a perfect blend of violence (never gratuitious, violence in Cracker was a fatality), Catholic guilt (Fitz was a lapsed Catholic) and social pessimism. Anyway, here's the proof that Robbie Coltrane can play something else than Hagrid. The scene is cut and not very well, but it gives you an idea:

Marjane Satrapi et Stephen Colbert

Hey, Marjane Satrapi s'est fait interviewer par Stephen Colbert. Les merveilles qu'on trouve sur youtube:

(D0 I need to translate?)

Food and civilisation

Yesterday I ate too much, I drank too much, it was a day of excesses and I never had so much fun all by myself. I noticed something about the 24 of June posts: even though it was my national day, I talked about food (and half the time in English). It was either that or music. So it made me reflect on the relation between national identity and food and the re. What I miss most about Québec is the food, the heavy stuff that got us through our many cold winters. Traditional food in my country is heavy, inspired by British and Irish gastronomy rather than French one. Our pâté chinois, which has nothing of Chinese, is closer to a shepperd's pie (its name is a mistranslation of said pie) than a hachis parmentier. British food got an unfair reputation: it is supposed to be bland at best, disgusting at worst (and speaking from experience, it is difficult to convince people that you can eat well in England), while the French are praised to have a great, varied national gastronomy. I think said reputations reside in the attitude of each people towards eating. The French take it as a pleasure, while the Brits often consider it a purely functional act ("it's only food" my wife often says, which when I was a child is what my babysitters used to say to force me to eat something I hated, incidentally). I think French cuisine certainly looks more appealing, probably is more varied (but then again, maybe it is an idée reçue with no ground in relity), they managed to sell their brand better. I think we adopted the food of the Brits because it was more suitable for a life under the very harsh Québec weather. We rediscovered our French roots relatively late, and while it is all very good I think our country is naturally more suited for a British type of cuisine.

Anyway, all this to say that I think we can discover a lot about a culture though its gastronomy and that we make an instinctive association between food and identity.

Tuesday, 24 June 2008

Bagels pour la Saint-Jean

J'ai décidé d'avoir des bagels pour mon souper de la Saint-Jean, comme j'avais déjà mangé de la poutine pour dîner. C'est moins pittoresque, mais c'est délicieux, santé et Montréal a après tout la réputation de faire des bagels meilleurs que ceux de New York. Hélas, je n'avais pas de bagels montréalais. Et il me manquait des câpres.
I had bagels and smoked salmons for dinner, as I had the poutine earlier. Bagels aren't as typical for a National Day, but they are delicious and healthier. And somewhat typical of Montreal. Sadly, the bagels I have are not from Montreal. And the capers were missing. So here's the perfect recipe for a great bagel: bagel (duh!), soft cheese, fresh tomato slices, fresh red onions, smoked salmon and capers. Tonight's meal was almost perfect.

La danse à Saint-Dilon

Hey, j'ai trouvé un autre classique sur internet, un classique uber-québécois. J'avais même pensé l'inclure à mon mariage.


J'ai mangé une poutine comme dîner/snack, avec du fromage râpé plutôt qu'en grainsm et du gravy anglais. Le résultat sur la photo à gauche. Pas la meilleure poutine que j'ai mangée de ma vie, mais pas mal. Je ne me sens pas trop plein et je crois que je vais pouvoir prendre une bière ou deux. Étrange, je mange de la poutine une fois par année, lors de la Saint-Jean, et c'est toujours en Angleterre.
On the picture on the left, you can see the poutine I made for lunch/snack, with cheddar cheese instead of cheese curds and chicken gravy. Ironically, I eat poutine once a year now, each time in England for the Fête nationale. Don't let yourself fool by the look, it is absolutely delicious. A meal to die for. Which probably happens sometimes, but at least if you die of a poutine indigestion, you die happy.


Comme je ne peux pas regarder le spectacle de la Saint-Jean à la tv, encore moins y assister, j'écoute des tounes québécoises. L'avantage c'est que je n'ai pas à endurer les artistes que je ne peux pas blairer. Je vous offre un classique de Paul Piché:

Bonne Fête nationale

Nous sommes le matin du 24 juin, c'est la Saint-Jean-Baptiste. Bonne Fête nationale. Je ne sais pas quel temps il fait au Québec, mais ici c'est une journée splendide.

Et un jour de Saint-Jean-Baptiste, cette chanson s'impose d'elle-même:

Monday, 23 June 2008

The life of a gummy bear

This is a totally random blog entry, as I don't feel inspired much and tomorrow I might not blog in English much (if at all). We received two gummy bears as a gift from my sister-in-law, two after-Christmas gifts. I managed to eat one, but felt terribly guilty, because they look really cute. The other one, pictured left, has remained intact for the last six months. Neither me nor my wife can force ourselves to eat something so cute., therefore until a change of mind it will remain on the kitchen table. We are silly I know, but it looks like a real teddy bear.

Anyway, I have just written a blog entry about a glorified jelly bean. I promise, I will write something deeper this week, something about the state of Quebec's national identity or the absurdity of life and the contingency of human existence.

Plans for tomorrow

I went to the Duke of Cambridge today. I missed their weekend beer festival, but there are loads of beers left, so I will be there tomorrow at some point and will celebrate our Fête Nationale there. In a British pub, of all places.

Veille de la Saint-Jean

Bon, on est le 23, je n'ai pas d'inspiration pour écrire un blogue (pour le moment), sans doute parce que c'est la veille de demain. Je me demande simplement comment célébrer la Fête nationale demain. On existe depuis 400 ans cette année, et moi je suis foutu au milieu d'un nulle part anglais, dans le pays où on ne célèbre pas le 24 juin, à aucune année, 400 ans ou non. Misère. Enfin, j'ai une idée ou deux pour souligner la Fête Nationale: écouter de la musique québécoise, porter du bleu et au menu: poutine (sans doute), avec je ne sais pas trop quelle bière (et je m'ennuie de celles du Québec).
It's the day before the Saint-Jean-Baptiste, I am sort of short of blogging ideas, waiting for the big day I guess. We exist since 400 years officially (well, since Quebec City was found in 1608 and all) and it is going to be a big celebration back home but I am stuck in England, of all places. I'll try to celebrate as best as I can: I'll be wearing blue, will listen to Québec music and will probably eat poutine.

Sunday, 22 June 2008

Les unions, qu'ossa donne?

Comme c'est la Saint-Jean bientôt, autant mettre sur ce blogue un autre icône québécois, j'ai nommé Yvon Deschamps. Voici son premier monologue.

Une soirée de meurte

Les merveilles qu'on peut trouver sur google. Quand j'étais jeune, j'avais découvert le merveilleux monde des jeux de rôles et du roman policier, à peu près en même temps. Il n'en a pas fallu de beaucoup pour que je découvre les meurtres et mystères, plus communément appelé (en tout cas chez moi et dans le monde anglophone) murder parties. Nous avons joué pour la première fois lors de ma fête de mes 11 ans, un peu avant mon premier voyage en Angleterre. C'était la seconde aventure (peut-on parler d'aventure?) d'Une Soirée de Meurtre, en version originale anglaisa An Evening of Murder, une série canadienne produite par un certain Max Haines. J'ai trouvé un site consacré à la série ici. à l'époque, il y avait une cassette (maintenant un CD) avec l'enregistrement du meurtre, qui n'amenait strictement rien à l'intrigue, mais il mettait de l'ambiance, avec un narrateur qui avait une superbe voix sépulchrale. Il y avait aussi comme musique de fond sur ladite cassette Toccate et Fugue de J.S. Bach, qui a toujours représenté depuis une musique sinistre pour moi. On a joué les deux premiers..jeux, deux premières boîtes, deux premières aventures, sets? Anyway, on a joué Éternellement Vôtre/Forever Friends et ensuite, à l'anniversaire de mon frère en octobre, Voix d'Outre-Tombe/Beyond the Grave. Le produit était bien adapté à la réalité québécoise, avec changements de noms, alors pour moi c'était comme vivre un whodunit dans mon environnement culturel. Quelques années plus tard, dans mon adolescence, j'ai rejoué à Une Soirée de Meurtre, mais les produits avaient changé pour le pire: l'orgue de Toccate et Fugue de Bach avait été abandonnée pour une musique quétaine, la voix sépulchrale pour une voix de matante québécoise et des mauvais acteurs qui faisaient les vois des suspects et de la victime. Les intrigues étaient plus tirées par les cheveux aussi. Alors j'ai perdu le goût de participer à un murder party, mais parfois je me rappelle du plaisir que j'ai eu à y jouer les premières fois.
I might translate/rewrite in English this blog entry soon.

Mes Aïeux

Bon, en attendant la Saint-Jean-Baptiste, comme de raison j'écoute de la musique québécoise. J'aime bien Mes Aïeux, l'expatrié que je suis ne peut pas rester insensible aux thèmes très québécois de leur chanson Dégénération (qui illustre de manière admirable une certaine angoisse et culpabilité québécoise). Alors je place ici la chanson telle que jouée à la Fête Nationale de 2007:

The videoclip version of the song above, with English subtitles. It gives a taste of my people's hopes, shame and anxieties:

Saturday, 21 June 2008

Return on The Golden Age

I managed to see the rest of Elizabeth: The Golden Age yesterday. It is not as good as the first movie: too many elements are recycled from the original, the pacing is messy (I think many scenes were cut) and some scenes are a tad confusing. Still, it's a flawless casting and Cate Blanchett is wonderful, as usual. I guess it's difficult to make a "second début", i.e. to reproduce what was so successful the first time.

The sugar junkie

Well, that sure was a boring first day of the Summer, cloudy and rainy. I spent a lot of time reading and watching tv. I also almost finished the Betty Crocker brownies I made yesterday. I am sometimes, like today, a sugar junkie, craving sweet things madly. This is one of the first things people notice about me: my mother-in-law knew very early that I had a sweet tooth and I was nicknamed by my former boss "the cookie monster". Two years ago, I was almost 20 pounds heavier, probably because of my sugar craving. I don't know exactly how I managed it, but within six months I lost them, eating more fish but still having big evil decadent desserts. That's my kind of diet: modify your eating habits, but avoid any sacrifice.

Premier jour officiel de l'été

Si je ne me trompe pas, c'est le premier jour officiel de l'été aujourd'hui. Bien entendu il pleut, mais je me devais de le souligner. J'esssaierai de faire des billets plus intéressants aujourd'hui, en espérant que la journée apporte de quoi m'inspirer.

Friday, 20 June 2008

Scousers, Bleuets and identity

I was watching Alexei Sayle's Liverpool documentary on BBC 2 when I got interrupted by a phonecall from my daddy-in-law. But I'll watch it on iplayer so it's okay. Anyway, tonight's program was about identity and what makes a Scouser a Scouser. It made me realise that iIdidn't see enough of Liverpool when I was living there, but also that there are similarities between the Northerners of England and the ones of Québec (i.e. people like me). Therefore, there are similarities between Bleuets (blueberries, the nickname people from Saguenay-Lac-St-Jean have) and Scousers. We both have very distinctive accents, we both produce many artists and entertainers for our nations, we both consider ourselves special. Maybe it's because of the heavy Irish and Catholic presence in Liverpool, something that a Bleuet can relate to, even when he is not religious (or Godless like I am). Catholicism is as much a culture as a faith, and to many, more a culture than a faith. A little anecdote about it: I was in the toilets of a bar in Liverpool, someone asked me if I was Catholic, I said yes (I guess it's obvious for some) and he kissed me on the cheek. It wasn't a homosexual advance, I think it was just a sign of religious recognition. I wished it had been done differently, but it shows that Liverpool was never totally alien to the foreigner I was. Except that in Québec, you get into trouble when you kiss guys on the cheek in straight bars.

A day in Windsor

Just got back from Windsor, it's such a nice city (or town? Does it have a cathedral? I should know that.). I hope we will live there one day, or at least (in my case) work there. Windsor castle is simply gorgeous. Too bad the queen lives there. And there are so many French tourists! Too many for my taste. Anyway, I didn't go there for fun and games, but I appreciate every minute spent in Windsor.

Thursday, 19 June 2008

A long but fruitful evening

I am sorry, I will not have time to comment on Elizabeth: The Golden Age and about how great an actress Cate Blanchett is, as my wife and I spent the evening working out our holidays. It's very exciting, but exhausting. We never had time for a honeymoon since we got married, it will hardly be as long as a honeymoon, but it will give us some free time until we go for a real exotic holiday (and finally get that honeymoon). At least we will celebrate our wedding anniversary abroad. Now I just need a job to be completely happy.

La bière, le vin, la table

Tiens, je prends un sujet semblable à mon billet précédent, il semblerait que la consommation de bière soit en perte de vitesse au Québec. Je crois, comme l'indique l'article, que la bière a mauvaise réputation: on la voit comme un alcool cheap qui ne sert qu'à prendre une cuite. Dommage, on a tant de bonnes bières au Québec et on peut aussi les apprécier avec un bon repas (et ce n'est pas une boisson aussi pédante que le vin). La bière peut se prendre autant avec un repas complet (un sausages and mash, ça doit s'accompagner de bière) qu'un snack.

Des suggestions pour passer quelques moments de purs bonheurs avec une bonne bière (et j'insiste, il faut que la bière soit bonne):

-Fromage en grains et bière. Pour la bière, je préfère un produit McAuslan (surprise!) ou une Boréale Rousse des Brasseurs du Nord. Mais il y en a beaucoup de microbrasseries qui offrent des produits qui font l'affaire. Pour le fromage, du Boivin frais de préférence. Achetez-le en région, parce qu'à l'extérieur du Saguenay, vous ne le trouverez pas frais, sauf peut-être à Québec. À Montréal, oubliez-ça et contentez-vous du fromage en grains local, moins bon mais au moins frais. Notez que Boivin, s'il fait de l'excellent fromage, a un site qui laisse à désirer: il ne sait pas si "en grains" prends un s ou non. Dernière note: le fromage en grains est en fait appelé fromage en crottes en région, mais ça sonne un peu déguelasse.
-Bagels au saumon fumé et bière. Pour les bagels, ceux de Saint-Viateur, c'est impératif. Pour la bière, re-surprise, je préfère boire une Saint-Ambroise de McAuslan. Garnissez le bagel de produits frais )bien sûr): oignons rouges, tomates, câpres et jus de citron. Et fromage blanc.
-Saucisses, choucroute et bière. Pour la saucisse, je préfère celle de William Walter. Pour la choucroute itou. Un conseil d'un des employés de leur succursale sur l'avenue Mont-Royal: faites bouillir votre choucroute dans votre bière préférée, mettez juste assez de bière pour la couvrir. Que faire avec ce qui est resté dans la bouteille? Vous la buvez, bien sûr.

Ce billet m'a donné faim et soif, il m'a aussi fait rpendre conscience qu'être en Angleterre a du bon: mon tour de taille ne risque pas d'augmenter.

Le capitalisme soviétique

Le titre n'est pas de moi, ça vient d'un ancien éditorial du Devoir sur le même sujet (éditorial que j'ai cherché mais que je ne retrouve plus). C'est le genre de nouvelle qui me met en colère. Un peu plus ici et surtout ici. Ainsi donc, Labatt veut imposer son produit à des commerçants. Merde. En plus que Labatt vend une bière insipide et imbuvable. Ca me met en colère, parce que le principe du libre marché c'est d'offrir une variété de produits, pas d'en imposer un, parce que le marché de la bière au Québec est déjà trop dominé par l'oligopole des grosses brasseries (Labatt et Molson) et parce qu'on a des microbrasseries qui produisent d'excellentes bières. Des fois, c'est bien qu'on laisse le choix aux consommateurs, qui ne veulent pas tout le temps boire du résidu d'eau de Javel. Dès mon retour, je me venge et je vais écumer L'Amère à boire.

Wednesday, 18 June 2008

Auprès de ma blonde...

...qu'il fait bon, fait bon, fait bon.
Auprès de ma blonde,
Qu'il fait bon dormir.

Je tenais à faire un autre billet avec les paroles d'une chanson folklorique comme titre. D'accord, ma femme n'est plus techniquement ma blonde, mais ça sera bien de ne pas dormir seul ce soir. Même si on n'a été séparé que pour un soir. Tout ça pour dire que je ne m'ennuie pas de Cate Blanchett à ce point-là.

More on Cate Blanchett tomorrow

Well, the evening with Cate Blanchett has been interrupted about half way through the movie (the Spanish Armada was on its way), because my wife was coming back. So far, The Golden Age isn't as good as Elizabeth, although there are moments of pure brilliance and Cate Blanchett is, as usual, magnificient. I'll keep you posted about it tomorrow.

An evening with Cate Blanchett

As my wife will be back late and as I did a fair bit of "work" this afternoon (whatever an unemployed man has to do), I will wait for her watching Elizabeth: the Golden Age. I loved the first movie and I am glad I can watch (at last!) the second one. She really got robbed of an Oscar when she played Elizabeth the first time (nothing against Gwyneth Paltrow, but she is small potatoes compared to Cate, and well, that goes for almost every actresses of her generation). Anyway, as I vow an almost cultist admiration for Cate Blanchett and as historical fiction bores my wife to sleep, I have decided that I will not bother her with the movie and watch it alone.

Mercredi monotone

Après une journée à l'extérieur, le jour d'après est toujours plus monotone. Ma femme est à l'extérieur pour son travail et ne revient que ce soir tard, alors je m'ennuie un peu. Il fait nuageux, mais il ne pleut pas. Pas encore.

Tuesday, 17 June 2008


Je suis allé à Londres aujourd'hui, avec arrêt obligé à Paddington. J'ai acheté quelques cadeaux reliés à Paddington (l'ours) pour la fête de mon filleul. Je lui enverrai tout par la poste, j'espère qu'il va aimer. Autant lui acheter des cadeaux typiquement anglais et originaux. À son âge, je regardais l'adaptation télévisée de Paddington et je trouvais tant la série que l'ours adorables. Je m'en rappelle assez peu maintenant, à part la musique du générique et la gourmandise de Paddington, surtout son appétit pour la marmelade. Enfin, Paddington a été pour moi l'un de mes premiers contacts avec la culture britannique.

Enfin, je vous offre le premier épisode des aventures de Paddington (in English):

Another cocktail recipe

Since it's Summertime, here is another cocktail recipe from Anthony Burgess:

Tropical Night
2/5 Gin
1/5 Curacao
2/5 Fresh Orange Juice
1 Squeeze Fresh Lime.
1 Sprig of Mint
A little grated orange.
Shake & Strain

The name is quite Summery. I am not a big fan of cocktails and I haven't tried any of the master's cocktails, but I thought I should share them anyway. I will try to mix some one day.

Monday, 16 June 2008

En attendant la Saint-Jean...

Ce sera la Saint-Jean-Baptiste bientôt (le 24 juin est-il besoin de le préciser?), la Fête nationale du Québec. Ce ne sera pas la première fois que je la fête en Angleterre, mais c'est toujours un peu problématique pour moi de la souligner ici. D'habitude je mange une poutine (pour ceux qui ne savent pas c'est quoi, voir ici) et je bois une bière régionale, à défaut de boire une bière québécoise et j'écoute de la musique québécoise sur youtube. Cela dit, c'est le moment de l'année où j'ai le plus le mal du pays. Dommage que je n'ai pas de compatriote ici et que la Saint-Jean n'ait pas le rayonnement de la Saint-Patrick.

Persepolis: I want to see the movie

Well, tell me about hanting stories. I watched and re-watched the trailers of Persépolis and I am really getting obsessed about it. I might check what Marjane Strapi has written apart from that. Anyway, I thought I would put some of the trailers here. I will never listen to Eye of the Tiger the same way. For now on, it will be a feminist anthem to my ears. I hope we can find the movie with the original French voices. I know it was written by an Iranian expat, but there is something about the tone of the story which is very French and I think it might be lost with English voices. From what I could hear on youtube anyway. Which means I will have to buy the graphic novel in French now.

Sunday, 15 June 2008

Tarte à la rhubarbe et costarde

On a eu un dessert très British ce soir: tarte à la rhubarbe (gracieuseté d'un spécial de chez Asda) et costarde. La costarde est bien sûr la touche la plus anglaise: on en met sur tous les desserts ici, ou presque. Ca va bien avec les tartes, moins bien avec le gâteau au chocolat. Ma vie est si dénuée d'évènements que ce blogue risque d'être un peu porté sur la gastronomie. Enfin, ça me rappelle la tarte à la rhubarbe de ma grand-mère. Je m'en rappelle très vaguement, parce que ce qui m'a le plus marqué ce sont ses gâteaux au chocolat, dont la recette est utilisée pour mes catastrophy cakes.

Saturday, 14 June 2008

Leonard Cohen in Chicoutimi?

I wish I had been in Chicoutimi recently. Leonard Cohen was there! It seems the city gets interesting only when I am gone.

Maxime Bernier: pathétique

Je reviens sur l'affaire Bernier-Couillard. Je l'ai mentionnée ici sans beaucoup la commenter et beaucoup s'est produit récemment. Je l'ai suivie de près cette semaine, via cyberpresse et le dossier sur le sujet à Radio-Canada. J'ai regardé l'entrevue que Julie Couillard a donnée à Paul Larocque, où elle massacre son français allègrement et où elle fait figure de femme vulgaire et arriviste. Je n'ai aucune sympathie pour la femme: si elle n'était pas une taupe envoyée par le crime organisé (ce que je commence à soupçonner fortement), elle n'en était pas moins une opportuniste cynique. J'ai également écouté l'entrevue que Maxime Bernier a donné à la radio (et il ne massacre pas autant son français que son ex, mais Dieu qu'il bafouille). Je n'avais déjà pas de respect pour lui, je le trouvais déjà minable, mais là il a fait des pieds et des mains pour montrer à quel point il est pathétique. Ce qui était particulièrement méprisable, c'est qu'il répétait ad nauseam qu'il était un "fier Beauceron" et qu'en tant que Beauceron ceci et cela, comme si c'était une justification pour toutes les conneries qu'il avait commises, comme si en l'attaquant lui, on attaquait la Beauce et les Beaucerons. Quel imbécile! Je n'ai rien contre la Beauce, elle fait de l'excellent sirop d'érable qu'on retrouve en Angleterre comme produit de luxe. La Beauce mérite mieux qu'un idiot du village comme député fédéral. Dans toute cette affaire, pas une minute il n'a semblé trouver étrange que Julie Couillard n'ait eu aucun scrupule à se mettre en couple avec quatre membres du crime organisé (pas un, pas deux, pas trois quatre), et ce à travers une époque où le Québec était en pleine guerre des gangs, guerre qui fit plus d'une centaine de morts, dont des victimes innocentes. Pour Bernier, il n'y a pas de problème à avoir une blonde/ex de cette trempe-là. C'est une affaire de vie privée, dit-il. Mais où était-il dans les années 90? Il ne lisait pas les journaux, il ne voyait pas qu'elle genre de racaille les motards criminalisés étaient? Même quand on sait que les motards ont essayé d'infiltrer des institutions publiques, en utilisant des femmes comme appâts, même quand Julie Couillard a essayé de se mêler des affaires fédérales, Maxime Bernier croit encore que c'était un affaire privée? S'il ne savait pas qu'elle était associée avec des criminels, il aurait dû savoir. S'il le savait, il a manqué à son devoir, il a trahi la société civile qu'il se doit de défendre en tant qu'élu. Il dit qu'il veut se représenter aux élections. Fort bien, j'espère que les Beaucerons ne se laisseront pas enfirouaper par ses paroles flatteuses et vont le foutre à la porte comme il le mérite.

La photo vient du blogue de Patrick Lagacé, il l'utilise assez souvent lorsqu'il commente (de manière délicieusement mordante) sur l'affaire en question.

Friday, 13 June 2008

La Rue Principale

Puisque c'était l'anniversaire du Saguenay hier et que je n'ai pas vraiment célébré, je vous donne le clip de La Rue Principale des Colocs. Comme chacun sait, le regretté Dédé Fortin était natif du Lac-Saint-Jean, alors c'est approprié, d'autant plus que c'est une chanson qui a pour sujet son (mon, notre) coin de pays.

Vendredi 13

C'est Vendredi 13 aujourd'hui, alors la guigne serait supposée s'abattre sur moi, mais jusqu'ici ça va bien. J'ai reçu mon colis d'Amazon (j'avais un bon d'achat gracieuseté de mes beaux-parents pour ma fête). Je suis en train d'écouter Waterloo to Anywhere, l'album de Dirty Pretty Things. Je suis donc un homme heureux.

Thursday, 12 June 2008

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean

Depuis 150 ans, à travers nos yeux, tu vois le monde.

C'étaient les premiers vers de l'hymne inventé pour commémorer les 150 ans du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la région où j'ai grandi. Je suis né à Québec, mais mes parents sont du Saguenay et comme j'ai passé mon enfance, adolescence et un petit peu de ma vie adulte là-bas, que j'y retourne souvent, je me considère saguenéen. Maintenant, la région a 170 ans. Je me rappelle du 150e, on en avait fait tout un plat, c'était l'année où a commencé La Fabuleuse Histoire d'Un Royaume, gros spectacle à grand déploiement un peu quétaine et terriblement chauvin. Je me rappelle des nombreuses célébrations cette année-là, je me rappelle aussi du sentiment de fierté que j'ai eu à l'époque. La fierté s'est un peu atténuée (quoiqu'elle ne m'a jamais quitté), mais je me sens toujours de là-bas. Être saguenéen, c'est avoir un accent et un vocabulaire très distincts, c'est dire "là" à la fin de chaque sentence, c'est prononcer les "è" avec une intonation particulière, ce qui fait que des années après avoir quitté la région, les gens de Montréal m'identifient comme un Saguenéen après que j'aie dit quelques mots. Être saguenéen, c'est aussi aimer la vraie tourtière (et surtout savoir ce que c'est), le fromage en grains Boivin, c'est aimer les bleuets parce que c'est le fruit régional ("le raison de chez nous, le fils du feu", disait Félix-Antoine Savard dans Menaud), c'est tenir à sa réputation de buveur impénitent, c'est tenir à sa réputation d'excessif impénitent en toute chose, même si l'on sait qu'elle est surfaite. Enfin bref, tout cela pour dire que mon petit frère m'a rappelé dans son blogue que c'était le 170e aujourd'hui. Alors voilà, bonne fête Saguenay-Lac-Saint-Jean. Et je vous offre une vue de Chicoutimi ainsi que le drapeau régional en prime.
Well, well, well, here is a little bit of regional version of patriotism as a blog entry. For those who don't speak French, I said in the text above that my brother reminded me through his blog that today is the 170th anniversary of the birth of the region of Saguenay-Lac-Saint-Jean, where I come from (my bro gives a quick history of the foundation, if you are curious). I was born in Quebec City, but grew up in Chicoutimi, capital of the region, by the beautiful Saguenay river, so deep that the arboriginal nations gave the name to what was going to be my city: Chicoutimi means, in their language "where the water is deep". My identity as a Saguenéen (that's what we call people from the Saguenay, when they are from the Lac-Saint-Jean part they are called Jeannois) has never left me. It's in my blood, literally. "You were always part of my heart, and I never missed a beat" sang Ringo Starr about Liverpool, but it would fit perfectly well my feeling about my region. It never left me: I still have the accent (so much that Montrealers identify me as Saguenéen after I say a few words), I still love the regional food (the tourtière, the cheese curds from Boivin, the blueberries which is the regional fruit, "our grape, the son of fire" wrote Félix-Antoine Savard), I still love to drink, the excessive and sometimes fiery temper, result of our pride. Because you see, people from Saguenay are proud to be proud, it's a self-sustained feeling. So that's just to say that it is "our" anniversary today. So happy birthday to us. That's what you get when crazy settlers decide to go up north. You get us.

No comment?

Well, I am a bit worried these days about this blog. While the entries usually get a few comments, now they got none! Last time I got a comment was on Friday 6 June, almost a week ago, and it wasn't a very smart entry. I am starting to feel like I'm blogging to myself and I am a tiny bit schizo. My entry on Persépolis, which I was quite proud of, got unnoticed. I better have a go at Nadine Dorries again, it got some reactions and even brought me a bit of internet fame. When you want to get people reacting, be controversial.

Arrivée de l'orage tant attendu?

Il y a de gros nuages lourds aujourd'hui, il se pourrait que l'on ait de l'orage finalement. Le pire, c'est que je serai sans doute dehors quand ça éclatera. Cela dit, tant qu'à me faire mouiller, autant que ce soit par un orage.

Wednesday, 11 June 2008

Little Red Riding Hood

Hey, I found on youtube an animated version of Little Red Riding Hood, with the animation and characters done by Ray Harryhausen at the early stage of his career. As you suspect I always loved the story, and I am a fan of Ray Harryhausen, so I am quite happy. His wolf sure is terrifying. Harryhausen makes the story appropriately atmospheric and scary. It's interesting to see that here the wolf did not eat the grandmother and Little Red Riding Hood. Maybe it was due to the limitations of animation. Another detail i find very funny: when pursued by the wolf, Little Red Riding Hood acts like a girl from a slasher movie and takes the stairs (where she can only get trapped) instead of leaving the house.

En attendant le premier orage de l'été

Montréal a eu droit à son premier gros orage. ici, ils me manquent. Il faisait sombre aujourd'hui, j'ai cru qu'on aurait peut-être droit au premier orage de l'été, hélas rien ne l'indique plus pour le moment: le soleil est revenu et les nuages que l'on voit ne semblent pas tout à fait assez lourds, ou assez sombres, pour donner un orage.

Tuesday, 10 June 2008

Une autre page de nostalgie culinaire

Pas que je n'aime pas la bière anglaise, mais j'aurais envie d'une bière de McAuslan présentement (ils font des ales anglaises de toute façon, mais . Avec un hot-dog de William J. Walter ou un repas de Frite Alors! Vous pouvz voir que je m'ennuie de Montréal et que ça passe par la nourriture qu'on y trouve. Pour ma femme, ce serait les cafés de Second Cup ou de Van Houtte. Mais moi c'est la bière et la bouffe décadente, surtout l'été.

Cela dit, l'été c'est aussi les fraises, comme je l'ai déjà mentionné ici. On peut les manger nature, sans riend essus, ce qui est très santé, ou alors de manière totalement décadente, avec de la crème fouettée et du sirop d'érable ou en shortcake. Bien entendu, on prend pareil dessert après s'être préalablement fait un trou normand, si on s'est bourré la fraise (oh le calembour) de frites et de hamburgers au souper. Au Québec, juin est le mois des fraises et les meilleures viennent de l'Île d'Orléans. Les Anglais sont fiers de leurs fraises, mais je le dis en toute honnêteté, ça ne faut pas les fraises de l'île. On a mangé des fraises ce soir (voir la photo de droite) et elles ne sont pas très sucrées. Et elles coûtent beaucoup plus cher qu'au Québec.

Dr No and his three deadly mice

It's sunny, it's hot and I have no idea what to blog about. I want to 1)have a job (it's inhuman to jobhunt on such a nice day) and 2)go on holiday. I want to go to go and take a dip in a pool.
Anyway, ever watched Dr No? The intro is famous for the gunbarrel sequence and for the very first use of the James Bond theme, but there is more to see: the way the action starts from the credit sequence is brilliant, and so is the Kingston Calypso song, innocent enough the first time you hear it, but deliciously ominous you pay attetion to the lyrics. You can find the complete song here (I don't like much of the rest of the site, but to find James Bond music it's very good. You have the introduction of Dr No down here, with gunbarrel and the three blind mice in question:

What a way to start a movie, and to kick off a franchise!

Monday, 9 June 2008

Black Pearl

I went to the Duke of Cambridge this afternoon, and I tried a Black Pearl, from the Wooden Hand Brewery. It's a dark (read: black) beer, the kind of thing I would appreciate more during winter or autumn, but it tasted nice anyway. I was in the mood for a Pimm's, as it is so hot here, but they ran out of Pimm's today.

Nostalgie estivale

Il fait toujours beau et chaud, en fait c'est très collant, ce qui ne me dérange pas du tout, because l'été précédent. Et je ne travaille pas, alors autant qu'il fasse beau. Cela dit, à part suer et se promener, qu'est-ce qu'on peut bien faire ici une splendide journée d'été? Il me faudrait une piscine.

Comme vois l'avez sans doute lu dans mon dernier billet en anglais, l'été qui est là (et bien là!) me fait rappeler les souvenirs d'enfance. Surtout ceux autour de la piscine, où on jouait du matin jusqu'au soir quand nos aprents étaient là (parce que quand ils travaillaient, on suait jusqu'à cinq heures). La piscine faisait office d'océan Pacifique ou de mer des Caraïbes. On y jouait aux pirates, au monstres marins (requins, pieuvres géantes, etc.), aux histoires d'espionnage à la Thunderball, au épopées fantastiques-médiévales ou une combinaison de ces différents genres (une épopée fantastique-médiévale qui se passe en mer, par exemple, ou un groupe d'espions qui se battent contre des pirates modernes, ou des pirates aux prises avec un requin). Parfois, nos histoires étaient trop élaborées pour nos amis. Il ne faut pas grand-chose pour stimuler l'imagination d'un enfant. Les avions ou hélicoptères qui passaient au dessus de nous étaient des engins ennemis, les planches en styrofoam qu'on avait étaient des requins ou des dauphins (ou Moby Dick), etc. Bien sûr, quand on sortait de l'eau, on était sur une île déserte ou sur le bastingage d'un navire. Ou dans un sous-marin... J'avais découvert 20 000 Lieues sous les mers grâce à un long-jeu du film, acheté lors d'un voyage à Montréal. Ca nous a aussi passablement influencés.

Sunday, 8 June 2008

20,000 Leages Under the Sea

Hey, You can find 20,000 Leagues Under the Sea on youtube. There's a nice little adventure movie right there. I always loved it. I am feeling a bit guilty about watching it on youtube, but sometimes it is the only way to get your hand on something when you want to watch it. And it has been put there by people who genuinly love the movie. I will need to buy the DVD eventually. Summer puts me in the mood for escapist movies and literature, especially sea adventures (that said I never watched Pirates of the Carribeans nor cared about it), or stories with tropical settings. If I want to watch a James Bond this time of year, it will most likely be Dr. No or Thunderball. If I want something a bit more serious, it will be Moby Dick with Gregory Peck. I was crazy about that movie when I was a child. Anyway, I read Moby Dick twice (once when I was 11 after watching the movie, once when I was 18 in cégep) and I promised myself to read it in original English. I will also have to read the original 20,000 Lieues sous les Mers novel one day. This year, I already have a lot to read for the summer and I don't have the book yet. I want to read it in original French of course. Jules Verne was not a great writer, but he was inventive. Sometimes that's all you are looking for. I am surprised I haven't read it yet actually. When I was a child, my brothers and I had an obsession for high sea adventures. Our family got a pool at an early age, and our child out games during summertime set around the pool usually evolved around pirates (ancient or modern), shark attacks, giant squid attacks, typhoons (use making waves in the pool) or a variation of everything. We had a wild imagination.

Saturday, 7 June 2008

Réflexions sur le rhume des foins, le farniente, etc.

Nous revenons d'une promenade. La température étant superbe, pas encore trop chaude et ensoleillée, on s'est dit qu'il fallait en profiter, alors ma femme a abandonné l'ordinateur et moi la lecture de Persépolis. Les rues étaient bondées de monde, le parc près de la rivière aussi et c'était très agréable. On serait restés plus longtemps n'eut été du rhume des foins de ma chère et tendre épouse. Ce n'est quand même pas drôle pour elle, ça lui gâche un peu son appréciation du monde extérieur. Quand on a commencé à sortir ensemble, il y a des années de cela, on s'était rendu compte qu'elle n'a pas ce problème à Londres, sauf quand on est proche d'un parc. Ici et ailleurs, en général, elle a le rhume des foins peu importe si elle est entourée de verdure ou de béton. Même à Manchester l'année dernière, ville de béton par excellence, elle avait été affectée.

Tout ça pour dire qu'on aurait peut-être dû aller à Londres aujourd'hui, mais on n'était pas d'humeur aujourd'hui. On avait besoin d'un peu de farniente en fin de semaine. Vous remarquerez que ce blogue est parfois d'une trivialité affligeante. Mais ça vient avec le farniente: il n'y a pas grand-chose à rapporter dans ma vie en ce moment.

Autre anecdote sans importance: on a eu la visite de deux guêpes aujourd'hui. Il en arrive presque à chaque jour, ce qui me fait soupçonner l'existence d'un nid pas loin. Quand j'étais jeune, il y en avait un énorme accroché à la remise chez nous. Mon père et son jardinier l'ont détruit une fin d'après-midi avec de l'insecticide et de l'eau. Je me rapppelle encore des guêpes paniquées qui revenaient constater l'ampleur des dégâts. C'était quelque chose à voir.

Saturday is another sunny day

Is it going to actually be summer for all summer? I sure hope so. It's sunny anyway. I am in the mood for some Pimm's, for walking outside, for reading outside (I am deep into Persepolis and the character's European experience, I expect to finish it today, then I'll read something more escapist), for listening to summery music (I think I might drive my wife crazy with Underneath the Mango Tree, which I will probably listen to a thousand times today, I wish I had some Harry Belafonte CD's, I can't find what I want on youtube).

Friday, 6 June 2008

Citons Brassens

Je viens de découvrir que Persépolis a d'abord été écrit en français! Arrrrgh! Je me sens un peu idiot. Enfin, en lisant Persépolis, j'ai en tête les paroles de Georges Brassens:

Il est possible au demeurant
Qu'on déloge le Shah d'Iran
Il y a peu de chances qu'on
Détrône le Roi des cons.

C''était prophétique et le reste est encore vrai.


I am reading Persepolis by Marjana Satrapi at the moment, it's a really great autobiographical graphic novel. It is also a reflexion on history. Persepolis tells the story of a girl growing up in Iran during the Islamist revolution. But through her eyes, it is the story of a people who cannot free itself from tyranny (the monarchy, then the ayatollahs) and ultimately cannot find peace. It is also about the corrosive nature of ideologies, as they turn people into unloving, violent zealots. Reading it, I am thinking the regimes in Iran (either monarchy or Islamist republic) look a lot like the one of Oceania in Orwell's 1984. Like Ingsoc, the regimes in Persepolis use double thinking, patriotism and religion to try to control every aspect of individual life, including sexuality and love. Unlike Ingsoc (so far anyway), it does not as far as penetrating the consciousness of the citizens. Not all of them anyway, as many people do criticize the regime, even revolt, sometimes openly. That said, to see that a country that was not short of free thinkers and smart, open-minded people got opressed so easily is shivering in itself. And it makes me think that we Westerners are not out of danger in that regard. I mentioned on this blog in the past our own brand of fundamentalism and they are also more than eager to control us, to impose their system of beliefs on us. We should show vigilance, but when I see nowadays that Big Brother is for the young generation a vulgar, trashy game show, I wonder if there is really hope. If the real Big Brother shows up, who will oppose any kind of resistance?

Maigre jeûne

C'est vendredi, donc maigre jeûne, donc on serait supposé manger du poisson et ne pas boire, mais bien sûr, comme je suis un apostat, ce soir on mange les restes du chilli et je crois que je vais arroser ça de vin rouge ou de bière (je n'ai pas encore décidé). Demain, on va peut-être à Londres. Ca fera changement de la semaine monotone que j'ai passée.

Thursday, 5 June 2008

Chilli con carne (enfin presque)

On a mangé un chilli con carne ce soir, mais avec de la pseudo-viande bien sûr. Le chilli n'était pas très épicé parce que ma femme n'aime pas ça trop épicé. Et il manquait du vin pour accompagner le repas. Mais c'était bien de manger quelque chose d'un peu estival et il nous en reste pour demain.

Je me débrouillais pas mal avec les chillis à Montréal, je les faisais de la viande d'agneau parce le goût est meilleur et avec des piments jalapenos. Et je rajoutais du cumin et du poivre de Cayenne, en plus du chilli.

I love Queen & Country...

...and I am not talking about the monarch, as you probably know. I am taling about the excellent series of Greg Rucka. I read the second volume of the Declassified series yesterday. Great stuff. What I especially liked about it is the moral ambiguity Rucka puts: his heroes defend a cause they don't always understand. The enemy does not always have a point (he had a point in this particular volume though), but truth and justice cannot be an absolute concept in the world of espionnage.

Wednesday, 4 June 2008

Une promenade digestive...

...dans la nature en fête. Ce n'est pas de moi, mais de Gotlib, dans je ne sais plus laquelle de ses Rubriques à Brac. Je voulais utiliser l'expression depuis un bout de temps. Ma femme et moi avons profité de la soirée ensoleillée pour aller nous promener dans le voisinage. Je ne veux pas être trop confiant, mais je crois que l'été est arrivé. Au moins, c'était l'été pour un jour. Même cette ville ennuyeuse a du charme sous la lumière d'un coucher de soleil, coucher de soleil qui arrive de plus en plus tardivement. Espérons qu'il y aura d'autres promenades digestives dans la nature en fête prochainement.

Sunny day at last!

It is sunny at last! And it seems hot too. After spending the afternoon job hunting 9and chatting to a cousin on facebook) I will go out and have a little walk, then I might read a bit outside. A bit of summery reading, to be in the right mood. I'll try to find some good topic for a blog entry.

Tuesday, 3 June 2008

Réflexions de fin de soirée

Je viens de terminer de lire Hard Revolution. J'ai encore une pile de livres à lire alors j'ai de quoi me tenir occupé. C'est toujours un plaisir que de lire Pelecanos. L'un des avantages d'être sans emploi, c'est d'avoir du temps devant soi pour la lecture.

J'ai peur que l'été 2008 ne soit exactement comme celui de 2007. Je me répète je sais, mais j'ai eu comme cette angoisse aujourd'hui: il a cessé de faire beau à peu près en même temps et il n'arrête pas de pleuvoir. Aura-t-on droit à un autre été pourri?

In contact with the locals

I knew it: when you feel bored in England, go to the nearest pub. As long as it is old-fashioned enough and serves real ales, it will make you feel better. There is something utterly right about English pubs. Anyway, I went to the Duke of Cambridge, where I got into a bit of chit chat with the locals, I drank a Aonach, a beer from Stationhouse Brewery. I bit too caramelised for my taste, but enjoyable. I scared the pub's rottweiler and it scared me. Basically, that monster of a dog (cause a rottweiler is big and bulky, see) sniffed me, which made me jump, so by jumping I scared the rottweiler, which looks scary but obviously isn't very dangerous.

Quoi faire un mardi pluvieux?

Réponse: on va prendre un verre. Au Duke of Cambridge parce que c'est proche et sympathique. Et parce qu'on espère y trouver de nouvelles real ales.

Je sais que ce blogue est particulièrement ennuyeux ces temps-ci, étant donné que ma vie est très (trop) tranquille. Une visite au pub, j'ose espérer, va me fournir certaines anecdotes pour alimenter un peu le blogue. Il en a bien besoin.

Une certaine nausée

Raymond Chandler a déjà dit de Montréal (je l'ai appris de Kevin Burton Smith dans cet article) qu'elle était "almost as crooked as we are". Le scandale Bernier-Couillard lui a donné raison. En lisant cet article sur les anciennes amours maffieuses de Julie Couillard, je ne peux m'empêcher d'avoir une certaine nausée, parce que la corruption doit quand même avoir des limites. Promis, juré, je ne penserai plus jamais que la relation entre Pierre Gauthier et Gabrielle Scarfo dans Omertà était tirée par les cheveux. Cela dit, Gabrielle avait beaucoup plus de classe, Julie Couillard est une arriviste vulgaire et méprisable. Qu'un ministre ait pu aimer une pareille femme, franchement, ça me met en colère.


Yes, I am talking about the Bernier-Couillard scandal again. There is always something new to dig, it seems, and it defies imagination. I swear I will never consider Omertà far-fetched anymore. And talking about crime fiction, and since this blog is about fiction, somebody has to use that story as a base for a novel. We might need this as a catharsis.

Monday, 2 June 2008

Mondays are Hell

The title of this entry is not from me, but from Iam Fleming: it's the first chapter of Moonraker. Anyway, it fits my mood: it's rainy, I have nothing to do (because unemployed), internet is slow and I am tired of doing nothing. I can't wait to have a job, when at least Mondays will be Hell for a reason. Mondays are more bearable when you work, especially when they are rainy, because you stay inside for a reason and you wouldn't be able to appreciate the sun anyway.

Lundi morose

On est lundi, il pleut, le blogue est lent (pour une raison ou une autre) et je m'ennuie littéralement ici. J'ai très hâte de me trouver du travail, n'importe quoi.

Sunday, 1 June 2008

La Révolution des Crabes

J'ai vu pour la première fois ce petit dessin animé il y a quelques années, j'ai tout de suite adoré son humour absurde.
A few years ago, a friend of mine made me discover this little cartoon, I always loved it's absurd humour. There are subtitles.

Juin est arrivé

C'est le premier jour de juin et ça a vraiment l'air d'un mois de juin! Pour moi, le mois de juin signifie le retour de l'été (je fais commencer l'été avant le 21, qui est une date arbitraire de toute manière) Je vous donne une couverture de Detective Tales pour souligner le 1er juin. Elle date de juin 1937 et elle a tous les ingrédients pour une couverture dramatique: violence, méchants cruels, une femme en danger, un héros et une héroïne, un brin d'exotisme, de la torture, etc. À en juger par les vêtements des protagonistes, l'action ne se passe pas en Alaska, alors ça a un côté estival qui sied 1er juin.