Saturday, 17 February 2018

Creepy Punch & Judy

I blogged before about Punch and Judy, the British puppet show. I took this picture at the York Castle Museum. It was not the first time I could see good old and old-fashioned puppets, but I don't think I had ever seen one so old as them before. And something struck me: Punch and Judy puppets are really creepy, with their deformed features, polished skin and big heads. I mean really, really, really creepy. I don't find them funny at all and I doubt children do either, nowadays.These ones might have been the cause of many nightmares. What do you think?

L'état du salon

Non, ceci n'est pas notre salon, on a quand même un salon au mobilier plus moderne, même si j'aime ce qui est vieux, voire ancien. Et notre salon est plus bordélique. C'est une photo prise au York Castle Museum pour accompagner mon propos, c'est à dire notre salon bordélique et encombré de jouets. Car depuis que petit loup marche, il a régente l'endroit et il n'y a pas moyen de ranger quoi que ce soit plus de cinq minutes. Autre observation: contrairement à notre salon, celui-ci a un train électrique (ou en tout cas un train jouet). J'hésite avant d'en acheter un: petit loup adore les trains électriques et semble faire preuve naturellement d'un peu plus de sensibilité avec eux (celui de son grand-père en tout cas), mais ça serait un nouveau jouet pour encombrer la pièce.

Friday, 16 February 2018

A Mysterious Door in Totnes

Back in 2009, I blogged about  mysterious door in a park. I am fascinated by old doors on old buildings, especially doors which seems to have been left out of use for a long, long time. So I took this picture in Totnes in Devon and I cannot remember exactly if it was a door or a building mentioned in any of the tourist leaflets we had (my wife would probably know), but I know I took the picture because I loved the look of that imposing old door. And because it looks quite mysterious.

Quand vient l'inspiration

J'écris de plus en plus mes billets de blogue une journée à l'avance, je ne sais pas pourquoi. C'est le cas en ce moment: nous sommes le soir. J'ai de plus en plus de difficulté à publier autant depuis que je suis papa. Et trouver l'énergie et l'inspiration est parfois difficile. Mais je me suis rendu compte d'une autre raison pour laquelle je blogue plus souvent le soir: l'inspiration me vient surtout en faisant la vaisselle ou sous la douche. Ça tombe donc sous le sens. Je ne crois pas être original en disant cela: on est souvent créatif lorsqu'on fait une activité routinière et qu'on a l'esprit libre.

Thursday, 15 February 2018

£5 on a book

It has been a month already (and a bit more) that I got a five pounds voucher at the local bookshop, as I am a loyal customer. I have yet to spend it. In fact, I did not pay a proper visit to our beloved local bookshop since that day. Which is borderline terrible, as a book lover and someone who loves to encourage local businesses. What it also means is that I still have to spend that voucher on a book. Which is always very exciting and a good excuse as any to go to the bookshop this weekend. Any suggestion as to what I should buy?

Question existentielle (321)

Le lendemain de la Saint-Valentin, une question sur la journée et l'un de ses rituels les plus populaires me vient en tête:

-Dans une boîte de chocolats de la Saint-Valentin (ou toute autre boîte de chocolats en fait), quels sont les chocolats qu'il faut éviter comme la peste?

Wednesday, 14 February 2018

"Love is a thief, a serpent..."

It is Valentine's Day, a day I never liked much: when you are single it is depressing, when you are in a relationship it is stressful. That said, as it is the day of love, let us look at one aspect of it, rather than celebrate it. I usually share one song on Valentine's Day, this year it will be from Cosi fan tutte of Mozart. I developed a fascination for this opera, which is about the fleeting aspect of love, its capricious nature and the duplicity of lovers. Mozart and his librettist Lorenzo da Ponte had no fear of stepping on uneasy territory and no wonder the opera was taboo for so long. But anyway, here is È amore un landrocello (Love is a thief) sung by Anke Vondung as Dorabella.

La Saint-Valentin un Mercredi des cendres

Suis-je le seul à ne pas reconnaître l'ironie de la situation? On devrait faire maigre jeûne et youpelai, c'est la Saint-Valentin. Fête que je n'ai jamais aimée, mais faut passer par là. Alors comme à chaque année, j'achète ben, ben du chocolat dans une boîte rouge pour ma femme. Pas de Marks&Spencer comme c'était le cas pour ces chocolats, mais quand même assez de chocolats pour dire que le maigre jeûne, on l'a loin dans cette famille.

Tuesday, 13 February 2018

Snarling wolves


I took this picture at the National Museum of Cardiff. It was one of the most impressive displays of stuffed animals in the museum, although maybe unfair to the wolves: they look nasty and aggressive, very much like the image we have of them in popular, the one of merciless predators, quick to anger. I love wolves, always loved them, and it is no surprise that I call my son Wolfie, little cub wolf and so on. Even when I was a child and I believed the many misconceptions about wolves, I was still fascinated by them. And even though these two wolves look like their monstrous caricature, they are still magnificent beasts.

Le baiser maléfique

Nous sommes Mardi gras, demain c'est le Carême, mais pour moi le Mardi gras, c'est une excuse pour revisiter la légende de Rose Latulipe, qui se passe justement à ce moment de l'année. Je l'ai découverte en lisant Le baiser maléfique, sans doute la meilleure version du conte. À l'époque, la maison d'édition Ovale avait publié des contes québécois, souvent édulcorés. On en avait plusieurs, mes frères et moi, c'était peut-être le seul qui justement n'était pas bonbon et avait une fin tragique. Je l'ai relu lors des vacances de Noël. Je regrette de ne pas l'avoir ramené ici. Il a été réédité depuis, mais les illustrations ne sont pas aussi saisissantes. Mais ne serait que pour l'histoire, je vous le recommande fortement.

Monday, 12 February 2018

(Not) The mid-term break (for me)

This week in England, it is the mid-term break for pupils and students. For me, it is just an ordinary week of work. When Wolfie is older, the mid-term break will affect us far more: we will go on holidays then, or will try to. Even if I do not get leave then, the mid-term break will nevertheless affect us directly. Until then, we want to try to take our holidays off peak, when our son is still at a pre-school age.

Les ailes d'Icare

Photo prise dans le Derbyshire, la sculpture est de Christopher Le Brun et j'ai déjà blogué sur elle en 2014. Vous connaissez tous sans doute le mythe d'Icare. Je peux vous le raconter en long et en large. Toujours est-il que, comme je l'ai récemment blogué, je compte me remettre à la mythologie grecque (et la mythologie romaine peut-être, un coup parti) dans les prochaines semaines: lire sur le sujet, regarder des documentaires sur le sujet (va me falloir chercher surYouTube), voir peut-être si je suis chanceux une ou deux tragédies (encore une fois il me faudra regarder sur YouTube). C'est mon programme culturel. Je ne sais pas si je vais revisiter le mythe d'Icare en particulier, mais c'est un prétexte comme un autre pour partager un peu d'art sur ce blogue.

Sunday, 11 February 2018

KiD's DeN

I took this picture at the local White Stuff. I hate shopping everything and everywhere, except books and thus in bookshops, but clothes shopping I maybe hate the most, even when I love the clothes I bought. That said, I have developed a certain curiosity towards White Stuff and their displays (see this post) and I must admit the company managed to make shopping there tolerable and make the place family friendly. Thus, they had there a "Kid's DeN", which little Wolfie was quite curious about, albeit not enough to go in there without his daddy. I thought it was the best place to be in the shop. In fact, I wish they had kid's dens back in the clothes shops I used to be dragged to when I was a child

Une pipe qui a fait la guerre

Je fais souvent dans le billet sur la Grande Guerre ces temps-ci, mais je voulais partager cette photo. L'année dernière, j'ai vu une exhibition d'objets de la Première guerre mondiale sur lesquels j'ai blogué une fois. Il y avait aussi cette pipe, qui m'a fasciné. Il n'y a plus grand-monde qui fume la pipe et celle-ci date d'il y a cent ans. Ce qui est quand même impressionnant. Je n'ai jamais aimé le tabagisme et l'odeur du tabac à pipe est trop fort, mais j'ai toujours trouvé que c'était un bel objet, surtout si la pipe est recourbée comme celle-ci.

Saturday, 10 February 2018

Changing nationality for the Winter Olympics

Well, it's the Winter Olympics and I have barely noticed. We did not even watch the opening ceremony. I will probably not blog about it much, if at all. That said, my wife said something about it today that deserves to be a great unknown line. Here is the conversation we had:

Her: "You know, for the Winter Olympics I'm Canadian."
Me: "No, you're not! "
Her: "Well my son is so that should count right?"

I don't think it should, just so she can boast that "her" country won a lot of medals. A lot more than Britain generally does for the Winter Olympics anyway. But nice try all the same.

En quarantaine

Quarantaine est le mot du jour (ou du soir). Je ne parle pas de la décennie et la tranche d'âge dans laquelle je me trouve mais de la locution adverbiale en quarantaine. Parce que notre petit loup est malade et contagieux. Rien de trop grave, mais il est en quarantaine pour 24 heures environ, ce qui fait qu'on l'est un peu aussi: il ne peut pas sortir voir ses amis dans des fêtes d'enfants, par exemple. Pas qu'on ait pareille fête en fin de semaine, mais on s'en serait bien passé.

Scary mask

I took this picture at the York Castle Museum. It is another relic from World War 1: a gas mask. More like a hooded mask really. Like many old relics, I am fascinated by it. I know it is meant to be utilitarian, but it looks quite scary nevertheless. Like a villain's mask from the old childhood games we had: the round eyes, the featureless, faceless face... It's not ugly, but not beautiful either. Terrifying even without the context of its use.

Redécouvrir L'Ostie d'chat

J'ai découvert L'ostie d'chat il y a quatre ans environ. Ce fut pour moi une révélation et un grand coup de coeur:personnages plus vrais que nature, vingtaine montréalaise, vivant leur adulescence sur le Plateau comme ça a été le cas pour moi durant mes premières années universitaires, c'était une dramédie qui avait quelque chose d'authentique. J'ai blogué pour la première fois sur la bédé ici. Je regrette presque de l'avoir découverte dans sa forme papier plutôt qu'en ligne. Mais enfin bref, j'ai décidé de me refaire plaisir et de le relire d'un bout à l'autre, du Tome 1 au 3 et avec en plus les suppléments. les livres qu'on relit, comme dirait Félix, sont plus importants que ceux que l'on lit.

Friday, 9 February 2018

Browsers Protest (or why I don't use IE)

One of my former colleagues, when I was working in my old job, made me discover this meme. I thought it was more hilarious and very much accurate, if browsers could talk and do a protest. And it is pretty much how Internet Explorer would behave: slow and dim-witted. There are many versions of the meme, with slight variants, but this one is my favourite so far. And I thought I'd share it with you to give you a good laugh. Moral of the story: that's why I don't use IE.

Un mystérieux gâteau

Des fois dans le but de faire de la food porn, je perds l'essentiel. J'ai pris cette photo dans un café à York et je me rappelle plus lequel. J'ai vraiment aimé le gâteau. C'était un truc pseudo sticky toffee pudding sans en être un, si je me rappelle bien. Je peux me tromper. Je me rappelle aussi que ma femme avait trouvé le café sur TripAdvisor ou ailleurs et avait lu bien des critiques positives sur le sujet. Mais depuis que j'ai pris cette photo dans le but de ploguer l'endroit, j'ai complètement oublié l'endroit, le nom ou quoi que ce soit en fait. Sauf que j'ai vraiment aimé le gâteau et que ça serait bien d'y retourner pour se bourrer la fraise, lorsqu'on revisitera York en famille. Je me sens un peu épais. Heureusement, York n'est pas en reste de bons endroits pour manger. Tout de même, ce gâteau est un mystère complet.