Monday, 19 August 2013

Avoir hâte au retour à l'école

Petite anecdote apprise via Facebook, qui m'a fait penser à la question existentielle 196 (et en passant personne n'a encore répondu à la 199) ainsi que mon billet d'hier en anglais: une de mes amies de Facebook, la mère de mon filleul, dit que sa fille a hâte de commencer l'école secondaire. Qu'on soit impatient d'un retour à l'école, c'est rare chez un enfant (et un adulte?). Bien entendu, la mère est nerveuse. J'ai trouvé ça très drôle. J'envie ma presque nièce d'avoir du sang froid comme ça. Les débuts d'années me donnaient toujours des angoisses, mais le tout début du secondaire encore plus. Tout de même, ça me donne confiance en l'avenir de la civilisation humaine, du moins sa survivance.

1 comment:

Loulou said...

Fiston, après un été rempli de voyages et d'explorations, a ressenti cette hâte, puisque justement sur le mode découvertes, il ressentait, au retour, l'effet de pénurie qui souligne un manque... Ben hâte, donc. Faut dire qu'au CEGEP, c'est autre chose.

Tant qu'à moi, je ne trouve pas cela si étonnant. C'était ainsi alors que j'étais jeune. Les enfants ont souvent hâte, surtout lorsque les amis quittent pour aller à des camps ou ailleurs, de les retrouvés donc, et ça, ca s'passe à l'école.

Puis, réjouissons-nous de constater que, sans-doute grâce à une approche encourageante, que ta filleule et d'autres, souhaitons-le, soient excités à l'idée d'être à l'école.

Alleluia!

Parce que je suis parfois découragée de constater combien l'éducation n'est pas valorisé au Québec. C'est terriblement désolant.