Thursday, 22 March 2012

Un nouveau sinistre ensoutané

Christian Lépine est le nouvel archevêque de Montréal, parce que Jean-Claude Turcotte prend sa retraite. Surprise: il est dans la mouvance conservatrice. En fait, c'est un joli euphémisme: Lépine est un apôtre de la chasteté, il est contre l'homosexualité, suffisamment pour en fait avoir permis dans le sous-sol de son église des conférences sur "le développement du potentiel hétérosexuel". Autrement dit, le nouvel archevêque de Montréal est un peu ésotérique et pense que l'homosexualité est une névrose, peut-être même une possession diabolique. Qu'il ait permis pareilles "conférences", en fait des séances catholiques de lavages de cerveaux bien puantes est particulièrement odieux et il devrait en répondre publiquement. Je trouve toujours profondément hypocrite qu'un puceau d'âge mûr veuille faire la morale sexuelle à des gens sexuellement actifs. Mais donner la parole et une tribune à des charlatans qui veulent "guérir" l'orientation sexuelle de jeunes adolescents, c'est en plus lâche et malveillant.

Lépine a beau prêcher l'amour, un amour dont il ne connaît rien de par ses voeux, quand on rajoute Dieu et/ou Jésus dans un couple, on a un ménage à trois, pas une relation amoureuse. Et on le compare déjà à Marc Ouellet, en essayant de dorer la pilule, de lui donner un vernis de gentillesse, il parle d'accompagner les homosexuels, de ne forcer personne, etc. Christian Lépine essaie en fait d'avoir l'air gentil, de cacher ce qu'il pense du sexe, des gais, de cette société laïque dont il s'est coupé quand il a pris la soutane. J'ose espérer qu'on n'aura pas peur de lui poser des questions difficiles. Peut-être que l'insignifiance de l'Église catholique, son manque de pertinence ou de légitimité le protègera de ça, en fait. On ne lui posera pas de question parce qu'on ne s'intéressera pas aux conneries qu'il pourra dire. Cela dit, j'espère que s'il parle, on ne se contentera pas de laisser les fidèles l'écouter: on saura l'écouter également et lui répondre.

16 comments:

Anonymous said...

Bravo.

À chaque fois que je vois une chose pareille, je me dis que ouais, il serait temps d'aller chercher les documents d'apostasie, parce que vraiment...

Jazz said...
This comment has been removed by the author.
Anonymous said...

Et oops, j'ai réussi à enlever le commentaire disant pourquoi j'étais anonyme... Sais pas trop ce que j'ai fait...

Jazz

Cynthia said...

Je ne comprends pas ce regain religieux conservateur... mais franchement où va-t-on ?

Loulou said...

Je suis tellement loin de ces discours. Pourtant ma belle-mère écrit dans un journal Franciscain...
Je me pose la question: Y a t-il encore des gens, ormis les personnes agées, qui prennent en compte les paroles de cette espèce que je croyait en voie de disparition?

Claude said...

Loulou a dit:

"Je me pose la question: y a-t-il encore des gens, hormis les personnes agées, qui prennent en compte les paroles de cette espèce que je croyais en voie de disparition?"

Réponse:

www.ecdq.tv/fr/videos/50905d7b2216bfeccb5b41016357176b

Commentaire:

Mgr Lépine est sans doute trop conservateur pour une majorité de Québécois et même de curés québécois, mais il représente autre chose que le simple "conservatisme" pour une minorité de croyants, certains très jeunes : l'appel d'un radicalisme spirituel. Bien entendu, c'est à contre-courant des valeurs de la société de consommation, qui se confond en Occident avec ce qu'on appelle "modernité".

Guillaume said...

@Claude-Je m'excuse de vous répondre si tard, je viens de me rappeler de votre commentaire. Ma réponse:

Ce n'est pas la popularité de Lépine dans certains cercles jusqu'au-boutistes catholiques que je condamne, peu importe l'âge de ses admirateurs, c'est justement son radicalisme spirituel, qui est en fait de l'intégrisme. Votre mention sur la société de consommation est non sequitur: je ne le mentionne à aucun endroit dans mon billet et ce n'est pas ce qui est matière à controverse chez Marc Lépine, si jamais il s'oppose au consumérisme. (Parenthèse à ce propos: c'est foutrement ironique de s'opposer au consumérisme quand on est de l'Église catholique et qu'on fait depuis deux millénaires le commerce des miracles et de la foi). La vision qu'il a de l'homosexualité ou de la sexualité tout court est profondément tarée, dans le cas de l'homosexualité son homophobie est doublée de superstition, voire même charlatanisme: il a permis des conférences sur le sujet dont il devrait répondre publiquement. S'il croit que l'homosexualité est une maladie ou une possession, qu'il présente les preuves qu'il a. S'il croit que les contraceptifs sont contraires à une sexualité saine, qu'il en fasse la démonstration objective. Bien sûr, il ne le peut pas, parce que rien dans ses croyances ou ses opinions n'est fondé sur des faits ou des preuves, que ce soit la divinité de Jésus ou même l'existence de Dieu. Et que, comme bien des bigots, il confond dévotion et obéissance à des dogmes avec la morale.

Loulou said...

Guillaume, tu as su identifier ce qui diffère le discours de ces jeunes de celui de Lépine. J’admire, presque, ces jeunes prêts à renoncer à la vie de couple, à la ‘’normalité’’, afin de vivre une spiritualité qui donne un sens à leur vie mais lorsque j’entends le mot Dieu, je tique. Je me pose cette question : a-t-on besoin de Dieu pour vivre une vie saine et pure? Je comprends qu’il soit d’un grand support mais j’ai confiance en l’intelligence de l’homme pour lui donner les outils afin d’atteindre cet absolu. Mandela, Jacqueline Lessard, Lucille Teasdale… Quand les dévots donneront aux autres, autant qu’eux…

Claude said...

... Et ces quatre jeunes sont toujours là. Ils ont gagné la sympathie non dissimulée d'un jeune documentariste incroyant. Et fait l'objet d'un reportage pas du tout hostile d'un journaliste de Radio-Canada peu suspect de christianisme, Akli Ait Abdallah.

http://www.youtube.com/watch?v=ZmDmnS94J_Y

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBF/DimancheMagazine201211111006_5.asx

Guillaume said...

@Claude-Et alors? Leur foi, et la vôtre, est non sequitur, elle n'est pas preuve de l'existence de Dieu et ne justifie ni n'excuse en RIEN le dogmatisme stupide de l'archevêque de Montréal, ni sa lâcheté morale lorsqu'il se cache dans les jupes du bon Dieu pour ne pas dire ce qu'il pense des homosexuels, des femmes, de cette modernité que vous méprisez tant.

Claude said...

L'existence de ces types qui ne sont pas des benêts, et même la mienne, ne prouvent qu'une chose: c'est qu'il y a toujours au Québec des gens qui croient en Dieu, au Christ, et à l'Église. Ça n'existe pas seulement au Canada anglais et aux USA, ou ailleurs, et c'est bien normal: pourquoi donc le Québec serait-il si spécial par rapport au reste du monde? L'impression contraire à l'effet que "tout le monde" ici aurait "dépassé" tout ça ne tient qu'à notre caractéristique de peuple peu nombreux où il suffit d'un petit nombre de gens qui pensent pareil dans les places d'oû on influence le ton "convenable" des débats culturels et et publics pour se faire croire qu'on a un consensus qui, à la sauce québécoise, a toujours tendance à vouloir dire une unanimité supposée sur ces questions. Coudon, vous connaissez votre histoire du Canada français? Il y avait grand mérite à se dire athée au Québec en 1950. Aujourd'hui, comme le dit le cinéaste Jean-Simon Chartier dans son entrevue à la SRC, un jeune qui entre dans la vie religieuse est bien plus contestaire que n'importe quel anarchiste. Quant à Mgr Lépine, inutile de vous braquer sur lui, c'est incompréhensible: ce n'est pas lui qui a rendu ces jeunes croyants, ni moi.

Guillaume said...

@Claude-Tous vos commentaires sont non sequitur! Si Mgr Lépine n'a rien à voir avec votre foi ou celle de ces jeunes, alors pourquoi les citer en exemple sur un billet qui parle justement de Mgr Lépine? Je sais bien qu'il y a des gens au Québec qui croient en Dieu, il y en a d'aussi fondamentalistes qu'aux États Unis. Je viens du Saguenay, alors pensez si je sais que ça existe! Comme des athées aux USA, lesquels sont beaucoup ouverts que les athées québécois, d'ailleurs. Et ce n'est pas le côté "contestataire" que je trouve admirable dans une idée, c'est sa valeur intrinsèque. Et l'honnêteté intellectuelle (ou l'absence de) de celui qui défend l'idée en question. Mais pour revenir à l'archevêque, puisqu'il s'agit de lui après tout (je vous jure, relisez mon billet), l'ennui, justement, c'est qu'il n'ose même pas défendre ses idées.

Et un dernier mot sur "l'histoire du Canada français". Je ne prétend pas tout savoir, mais je ne suis quand même pas un parfait ignare sur la question. Je doute beaucoup que l'athéisme était de mode dans les années 50, mais je vérifierai. Si c'était le cas, il y aurait eu recul, parce qu'il a maintenant souvent mauvaise presse.

Claude said...

Cher Guillaume, c'est pas la peine de vous énerver... Au sujet de l'athéisme, je n'affirme pas qu'il y en avait des tonnes sous Duplessis, je me dis seulement qu'il devait forcément y en avoir, comme à toute époque, et que c'était évidemment méritoire en ce temps-là. Un Jean-Charles Harvey en tous cas était un libre-penseur et ne s'est jamais assagi, et cependant il n'a jamais crevé de faim, ce qui montre qu'il devait bien y avoir aussi du monde qui pensait comme lui pour le faire travailler; un Télésphore-Damien Bouchard, anticlérical avoué, fait pourtant une carrière politique remarquable. Ces hommes-là ont vécu et jeté le plus gros de leurs flammèches avant la Révolution tranquille et même avant le Refus global; l'histoire du Québec ne présente pas une trame rectiligne. Chaque époque a néanmoins son conformisme et ses anti-conformistes...

Guillaume said...

Je ne m'énerve pas, bien que je sois légèrement irrité. Je sais bien qu'il y avait des anticléricaux au Québec sous Duplessis et avant, des athées aussi. Quand je dis que ce que vous avancez est non sequitur, c'est que la valeur d'une idée ne dépend pas plus de sa popularité que de son impopularité. Lépine aurait pu être né n'importe quand, ces jeunes aussi, leur foi n'était soutenue d'aucune preuve hier, elle ne l'est toujours pas.

Claude said...

Oh la la, cela veut dire que vous croyez en la vérité de votre opinion. Bravo!

Guillaume said...

Vous ne comprenez rien du tout. J'essaie de baser mes opinions sur des faits, autant que possible. Ce qui veut dire qu'indépendamment de ce que vous croyez, les condoms sont plus utiles à combattre la transmission des MTS que la prière et l'eucharistie. Je sais ça, Lépine lui ne le sait pas. À cause de sa foi. En ce qui concerne l'existence de Dieu, le fardeau de la preuve réside dans votre camp. Je ne dis pas qu'il n'existe pas, seulement que son existence est improbable et qu'elle n'a jamais été prouvée. Par conséquent, il est absurde, contre-productif et ultimement mensonger de fonder ses valeurs sur une existence hypothétique et improbable. Démontrez que Dieu existe d'abord, ensuite essayez de de démontrer qu'il ne se contrefiche pas de l'existence humaine. Croyez en ce que vous voulez, mais ne venez pas essayer d'imposer ces croyances dans la sphère publique. Ou dans l'intimité.