Monday, 25 July 2016

"It's Monday morning and I'm doomed!"

I took this image from one of the many Facebook pages about the Peanuts gang. You will all recognize one of the most famous tomboys of the history of comics, Peppermint Patty. She is also one of the few women characters of all types of fiction I sympathize the most with and one I could imagine myself being a good friend with if she actually was a real person. I have been wanting to share this image for ages because she captures perfectly my state of mind every Monday morning when I wake up and I have to go to work. Thank you Peppermint Patty, I feel your pain.

Les mouettes et les goélands

Photo prise à Totnes dans le Devon, lors de notre petite marche de retour vers la résidence que l'on avait louée, en longeant une rivière. Le Devon étant proche de la mer, il y avait partout des goélands et des mouettes comme ça. Je ne fais pas vraiment la différence entre un goéland et une mouette, cela dit leur présence est pour moi un signe important de l'été qui bat son plein. Or dans le Devon, il y en avait pleins, mais ici, beaucoup moins. Ce qui rend l'été un brin monotone...

Sunday, 24 July 2016

Looking for the Big Bad Wolf

As I blogged before in French, I have been looking for a wolf plush toy for the little Wolfie baby who is coming soon. As I call our son little wolf and wolfie, making the wolf his totem animal (until he decides otherwise), it made sense for him to have a wolf plush toy. Well, after a good bit of online research, I found this big bad wolf from IKEA. This is SO perfect. He is the wolf of the Little Red Riding Hood fairytale, with the grandmother snack in his arms and everything. I was thinking if I was lucky to find a naturalistic looking wolf, not the Big Bad Wolf from the fairytales, which is truly what one wants for his child. Give it to a Swedish company to give to a new generation of children to discover this great baddie archetype. Apparently he is named Lufsig and parts of the money you spend on him is sent to charities. Now I don't know if Lufsig available in the UK, but now I know what I'm looking for.

La mode des épouvantails

On se croit original, puis on se rend compte que l'on suit le courant de manière désespérément banale. J'ai récemment acheté des épouvantails afin de décorer notre nouveau jardin. N'étant pas jardinier et n'ayant pas non plus le pouce vert, je me suis dit qu'ils donneraient une certaine originalité à notre jardin, à défaut d'avoir des plantes dedans. Surtout qu'il est tard pour y faire pousser quoi que ce soit d'ici l'automne. Puis ma femme en a acheté d'autres. Or, hier nous sommes allés à un "gardening centre" (centre de jardinage?) afin de faire laver la voiture. On est tombés sur ça. Il y avait pleins dd'épouvantails, partout. Je croyais personnaliser mon jardin, je fais rien que suivre une mode quétaine.

A pirate's treasure and its guardian

I took this picture in Dartmouth Castle during our holidays in Devon. They make a big case of piracy in the castle, not always in an historically accurate way, but more in its more popular and fictitious aspects. Like I mentioned in previous blog posts in French, I really loved it and actually regretted not having visited such a place when I was a child. I associate summertime with piracy and our make belief games when I was child were often pirates' adventures and of course treasure hunts. So this display, with the treasure chest and the skeleton guarding it (was he merely a greedy buccaneer obsessed by his loot, or is he an undead who will be animated if someone tries to snatch the chest from his grasp?), really spoke to me and fired up my imagination. Yes it is naive, but it is very enjoyable all the same.

Faire les foins

J'ai trouvé cette photo parmi toutes celles prises par mon père lors de la visite de mes parents (il y a déjà trois ans) aux Mosaïcultures. Je la télécharge ici parce que l'été bat son plein ici et qu'elle montre un aspect de l'été avancé: celui des foins. Enfin je crois que c'est ce que font ces sculptures de verdure. Je ne sais pas si elles sont tirées d'une oeuvre précise ou si elles sont propres à l'exposition, mais je trouvais qu'elles acccompagnent bien cette époque de l'année. Comme Vraie Fiction prend les couleurs des saisons, j'ai pensé la télécharger aujourd'hui.

Saturday, 23 July 2016

Fame or Shame (and Barry Lyndon)

I found via Facebook this quiz created in the honour of Barry Lyndon, one of Stanley Kubrick's masterpieces, which is apparently back in cinema. The quiz is called Fame or Shame: how would you fare as an 18th century adventurer? Apparently, I would be a Drifter: "An opportunist and optimist, you're always looking for ways to improve yourself and don't mind taking a few shortcuts on the way. When fate knocks you down you get back up again, certain you'll reach the top in the end."If you have seen the movie, you know I would on the long run end up in a better position than Redmond Barry. It is a pretty accurate description of what I would be, albeit don't think I am an optimistic. In any case, it made me want to watch the movie again.

Bourreau Faitonneau Fils...

Il y a longtemps que je voulais la mettre sur le blogue celle-là. Calembour glacé et sophistiqué tiré d'une Rubrique-à-brac de Gotlib, lorsqu'il expliquait ce qu'est l'absurde. Toute la bédé est géniale, mais c'est cette case, qui peut être comprise même sans le contexte. Du temps de ma jeunesse folle et de mes années cégépiennes et universitaires, c'était devenu un running gag que l'on se répétait mes amis et moi lorsqu'on avait envie de se dilater la rate et de faire fonctionner notre mâchoire. Ce calembour est LE gag de Gotlib.

Friday, 22 July 2016

Chinotto, the Sicilian poison

There is an Italian grocery shop near work where I sometimes go to to buy my lunch and say a few Italian words. When I go, I always buy a drink from San Pellegrino, which I usually love. One day this week, I made the mistake to buy their Chinotto, which is basically based on a type of Sicilian orange named chinotto. it could have been called Sicilian poison: it is absolutely vile. On their webpage, it says it has an "unmistakable taste". You bet. It's like drinking a mix of petrol and arsenic, with some citrus flavour to sort of soften it! After my first taste, I knew exactly what it reminded me of and I thought myself doubly fooled: chinotto is also at the basis of Brio Chinotto, a soda made in Montreal founded by some sadistic Italian immigrants. Do not get me wrong: I love Italy and Italian culture, in all its aspects. But sometimes, I find one of its manifestations which I cannot stomach (in this case, literally). Silvio Berlusconi is one of them, so is its Catholic Church, but Chinotto is truly the nadir, the most shameful Italian invention.

"À Laval, autant manger colon..."

N'allez pas me demander ce qu'il faisait là, mais mon frère PJ s'est ramassé bloqué à Laval à la suite d'une crevaison. C'est dur de trouver pire endroit pour passer la journée. À Laval, on peut aussi bien dire Branlieueville.Alors il s'est commandé une poutine à Curé-Labelle Pataterie, qui est tellement branlieue qu'elle n'a même pas de site web (en tout cas j'en ai pas trouvé). Justification et perle de sagesse mise sur Facebook avec cette photo du repas: "Tant qu'à être pogné à Fabreville, autant manger colon". Que j'ai légèrement modifiée pour le titre de ce billet pour inclure tout Laval. J'immortalise derechef cette nouvelle grande réplique inconnue. Et la poutine gluante qui va avec.

Wednesday, 20 July 2016

Krav Magadrama

Quick post about tonight's training session of Krav Maga. It was really enjoyable, as it always is, but tonight, maybe because we will have a break soon due to holidays, people were particularly enthusiastic. You could feel the energy and the spirit. But anyway, I was used briefly as a guinea pig by our instructor to demonstrate scissor chokes. When he put his arm around my neck, I started doing gurgling/choking sound, which made people laugh. He asked why I was doing this and I said: "To create a dramatic effect, I wanted to put my acting experience to good use." Which I think deserves to be a new great unknown line. Anyway, it may sound silly, but I do like to roleplay in training a bit sometimes, it adds to the fun and also creates some kind of real-life feel to it. So I do Krav Maga and sometimes Krav Magadrama. Sorry for the bad pun.

Roméo et Juliette au TNM

J'ai appris hier dans La Presse que le TNM allait présenter Roméo et Juliette, mise en scène de Serge Denoncourt. Le titre du reportage donnait le ton: Roméo et Juliette: l'amour au temps du fascisme. La pièce a été montée jusqu'à plus soif, mais l'idée de la situer à la fin des années trente en Italie et de lui (re)donner une dimension politique au lieu de la réduire à une histoire d'amour adolescente qui finit mal, je trouve ça très intelligent. Je vis au pays du Barde et je suis chanceux côté productions théâtrales, pourtant je lis ça et je me dis que j'aimerais bien voir l'interprétation du TNM (qui fait toujours d'excellentes productions). Alors pour les chanceux qui sont à Montréal, allez la voir.

Tuesday, 19 July 2016

Domino the hunter

I thought maybe you might like a bit of of feline blogging tonight. This picture was taken in the old place, a little bit less than a month ago. There was a pigeon who was flying loudly, like all stupid pigeons do (I really don't like pigeons), and landed on the roof just as noisily. Flap, flap, flap, fat pigeon flying, flap and bang, there it is on the roof. Hearing it, our cat jumped by the window and kept his eyes on the pigeon, staring at it with something akin to blood lust. You think I'm exaggerating, but look at his face in the picture! Moments like this, my wife, who is a vegetarian, is happy we keep him inside, while I feel guilty. Cats are vicious killers, I know my cat is anyway, yet they are so irresistibly cute.

Petites et grandes histoires du Déluge du Saguenay


Comme je le mentionnais hier en y allant de ma propre anecdote bête sur cette page d'histoire régionale (ou rérionale), il y a vingt ans c'était le Déluge du Saguenay. Le début du Déluge est imprécis: était-ce le 18 ou le 19 juillet 1996? Allez savoir, quand la pluie tombe. Mon souvenir même était imprécis, comme l'a corrigé mon frère PJ dans son commentaire sur mon billet: ce serait le 19 que j'ai eu les cheveux mouillés, pas le 18. Enfin, j'ai partagé mon anecdote bête sur Facebook et beaucoup de mes amis et de ma famille ont réagi et y sont allés de leurs propres anecdotes, petites et grandes. Comme quoi ça a touché profondément la psyché régionale. J'ai décidé de les recueillir dans ce billet:

-Ma cousine Amy (l'artiste-photographe) se rappelle avoir dormi dans l'auto de ses parents enveloppée dans un sac de couchage alors qu'ils étaient évacués des zones sinistrées. Elle avait neuf ans.
-PJ avait un cours de conduite le 19, alors qu'on ne savait pas encore ce qui allait se produire, et il se rappelle avoir dû ouvrir la fenêtre pour s'assurer que la voie était libre à une bretelle, à cause de la pluie torrentielle.
-Un cousin était en Oregon et avait soudainement vu la Vieille Pulperie innondée sur CNN. Ses parents ont évité le Déluge car ils étaient à Montréal. Ils étaient dans une zone évacuée, ce qui est ironique car ils avaient l'eau et l'électricité, alors qu'à Chicoutimi il n'y avait plus ni l'un ni l'autre. (Je me rappelle d'ailleurs boire de la Griffon rousse alors que je regardais les nouvelles à la télé. Pas certain que ça ait été une bonne idée.)
-Mon autre cousin (le frère de l'autre) se rappelle une maison de deux étages emportée par le courant, s'arrêter au pont de Portage, qu'elle a traversé comme si c'était un broyeur. Elle était ressortie de l'autre bord en pièces, sauf pour le toit qui était demeuré coincé en amont pendant plusieurs heures avant de céder.
-Et ainsi que je l'ai dit hier et pour la toute petite histoire, il y a eu Louis Lemieux, bedonnant journaliste devenu Godzilla régional surgi des eaux, propulsé sur la scène nationale qu'il n'a malheureusement jamais quittée. Parfois la tragédie prend des allures de farce. Je me rappelle à quel point on le trouvait insignifiant.

Monday, 18 July 2016

Antenatal classes

Today was the second antenatal class I attended. For my wife, it was her third, as I could not go to the one last week. But this week and two weeks ago, I took a day off. I find them a bit overwhelming, but very exciting at the same time. I loved it. There is a lot to absorb, from labour to changing nappies to bath and so on. Thankfully we have also a good deal of written resources as well. And while we have not made friends yet, it is good to know that we have a network to help us in the upcoming months. I truly feel like I am learning to become a dad.

Il y a vingt ans, le Déluge...

Demain sera le vingtième anniversaire du Déluge du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une tragédie et une page de l'histoire régionale que j'ai vécue directement. Je voulais commencer à le souligner aujourd'hui, parce que, dans un certain sens, ça a commencé un peu avant le 19, alors que la pluie n'arrêtait pas de tomber. Je me rappelle encore la veille être allé porter des cassettes VHS (ça ne rajeunit personne) au club Première Vidéo (ou Servidéo comme ça s'appelait, ou ça ne s'appelait peut-être plus), une marche de cinq minutes. J'étais revenu trempé jusqu'aux os, ma mère m'avait donné une serviette pour me sécher les cheveux et on avait bien ri. Je me rappelle de bien des petits détails de cette journée-là. C'est le lendemain que la catastrophe s'est révélée, avec des grandes parties de Chicoutimi sous la flotte, d'autres villes encore plus touchées, puis l'eau courante qui part (l'ironie ne m'avait pas échappée), l'urgence, les pertes humaines dans certains cas. Notre journée et notre soirée du 19 ont été une longue séance à regarder les images apocalyptiques et à subir la couverture atroce de Louis Lemieux, journaliste bête et sans envergure, monstre créé par la catastrophe et propulsé sur la scène nationale, où malheureusement il sévit encore. Mais ce dont je me rappelle d'abord, c'est que le 18 juillet 1996, j'avais les cheveux trempés par la pluie.

The return of Spero Lucas?

I recently found on YouTube this fascinating interview (in the form of a conversation) with George Pelecanos, my favourite crime writer, made during one of his visits in France, where I hope he is getting better known. Among the many interesting things he talked about, he discussed in details about his latest hero, private investigator and Iraq war veteran Spero Lucas, whom we have seen in The Cut, The Double and in one short story of The Martini Shot. In the latter, he was briefly mentioned in a story that was about his family. After finishing The Martini Shot, I am now up to date with all the published work of Pelecanos and need to wait until he publishes new novels or reread his old ones. And I am impatient to read more about Spero Lucas, who is a very modern take on the private eye archetype. And I learned in the interview that Pelecanos is actually working on the pilot of a TV series based on Spero Lucas. What can I say? That is uber-cool. I guess I might have to wait until the project gets made, if it ever gets made, but I keep my fingers crossed. Either on the screen or on a page, I think I can safely expect the return of Spero Lucas. And that is good news.

La canicule, finalement

Bon, depuis la fin de semaine, les températures estivales qui avaient jusqu'ici été discrètes (lire: inexistantes) sont arrivées à pleine force. Je ne sais pas si c'est officiellement une canicule, mais depuis aujourd'hui ça frise le plus 30 Celsius, il fait soleil et je me suis beurré pour la deuxième fois de la saison avec de la crème solaire, alors je crois que je peux officieusement qualifier ça de canicule sur Vraie Fiction. Jusqu'ici tout va bien, je profite du soleil (mais malheureusement pas de la piscine). J'ai cependant des réserves quant à la canicule: pour quelques jours ça va, mais plus que ça je commence déjà à en avoir assez. Non seulement de la chaleur, mais de l'été aussi. Enfin, on ne boudera pas son plaisir: il fait chaud pour la première fois depuis longtemps et pour une fois la saison est saisonnière.

Sunday, 17 July 2016

Bonfire in the neighbours' garden

Yesterday night, our new neighbours (I giess we are more the new neighbours here, but nevermind) were making a bonfire in their back garden. It was just cool enough for it and it looked lovely. We let the window of the bedroom open to hear the sound of the wood cracking under the heat and smell the smoke. There is not many things I find more soothing than this, it is so calming. I almost forgot that I should wonder if it was not a firing hazard, but I checked earlier this morning from the window (not prying or anything, just being careful) and they do have a proper fireplace. So we will be able to enjoy our neighbours' fire without fear. Nice to know.

Je m'ennuie de la piscine...

Je sais que je recycle une photo déjà utilisée, mais je n'en ai pas de récente de la piscine familiale et j'en voulais une pour illustrer mon propos. Enfin bref: il fait chaud à nouveau et c'est donc vraiment l'été, enfin c'est estival comme été, ce qui veut dire qu'il fait un temps pour aller se baigner. Ce que mes parents font dans la piscine familiale que vous voyez sur la photo. Je m'en ennuie beaucoup. Il y a des piscines publiques ici, mais ce n'est pas la même chose, surtout qu'elles sont intérieures et souvent envahies de monde. J'ai envie de passer un après-midi à me tenir au frais dans la piscine familiale à me remémorer les jeux que l'on y jouait dans notre enfance. J'ai souvent blogué à ce sujet, j'y repense ces temps-ci.