Friday, 5 July 2013

Les feux de forêt

Cette photo est une courtoisie de La Presse... bien que je n'aie pas demandé la permission pour la publier. "Prenez garde aux armes à feux... de forêt." C'était ce que disait une annonce à propos des... feux de forêt. J'étais enfant à l'époque et elle me traumatisait: il y avait un chasseur avec un fusil disant qu'une allumette pouvait faire cent fois plus de dommage, ou un truc du genre. J'y ai repensé hier en lisant cette nouvelle. J'y ai repensé encore plus en lisant celle-ci aujourd'hui. Il semblerait que les feux aient causé la panne du métro de Montréal. C'est comme le battement d'ailes du papillon. Sur Facebook, j'ai dit que la nostalgie et le mal du pays prenaient parfois d'étrange détours, car ces nouvelles me rappellent les soirs à Chicoutimi ou on sentait la fumée des feux de forêts des alentours. Ma cousine Amy m'a dit que "ça sentait un bon cou lundi, mon cher" (imaginez cette phrase avec l'accent saguenéen). Un autre ami a commenté disant que ça sentait de la Baie James à Montréal. Sans rire.Cela dit, le feu, la fumée, l'odeur barbecuesque des feux de forêt, ça fait partie des phénomènes estivaux qui marquent les étés québécois et qui me manquent ici.

3 comments:

krn said...

J'ai un peu de mal à comprendre qu'on regrette les feux de forêt lorsqu'on a conscience des dommages extrêmes et du traumatisme de la population, non seulement humaine mais animale de ces forêts.
L'odeur du feu est tout aussi sympathique dans une cheminée où tout est fait pour ne pas semer la mort.

Guillaume said...

Oh, mais je suis conscient que les feux sont des bêtes dangereuses. Cela dit, ils ont également leur utilité dans l'écosystème (quand ils sont causés naturellement s'entend). Mais indépendamment de cela, tout comme les volcans et les requins, ce sont des phénomènes fascinants.

Loulou said...

Tiré de cet article, dans LaPresse de samedi 6 juillet, rédigé par Marie-Michèle Sioui et Charles Côté, La société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) n’intervient pas au nord du 51e parallèle, puisque la petite taille des arbres fait que la forêt n’est pas considérée comme étant rentable ‘’commerciale’’. On a donc attendu!